Rats and roll's - Nino Ferrer

Publié le par Twinsunnien

L'album.

L'album.

Premier album live que nous allons traiter de Nino Ferrer, ce sont en fait 10 titres qui s'enchaînent et furent enregistrés à Rome en 1970, d'où la forte majorité d'italien dans les paroles. Souvent des adaptations que l'on connait déjà.

Ainsi le premier titre est acoustique avec une sorte d'orgue électronique façon gospel. Bon, ça dure quand même 6 minutes 30, pour rien en vérité, on ne peut même pas trop danser dessus, sauf quand enfin le titre se lance vers 2 minutes, mais bon, inutile, on le zappera vite. Fratelli e cosi' sia est plus dynamique mais possède aussi une introduction instrumentale un peu longue, là ce sont plus des rythmes du Brésil que l'on reconnaît, comme quand les chœurs arrivent, ou les petits oiseaux pioupioutent. Là on se rend compte que même en italien, Nino Ferrer possède toujours ce timbre un peu cassé agréable. Une chanson agréable qui s'écoute bien.

Play boy scout, toujours en italien, lorgne du côté du blues et presque du jazz, du moins de cette culture musicale de la Louisiane, pas mal, la chanson n'est pas non plus indispensable à l'écoute. Canapa Indiana reste sur le même rythme, quoique un peu plus lent il me semble. Bon, en fait on va vite pour tomber sur une version italienne de La maison près de la montagne, Povero cristo, euh en fait c'est un duo, problème, ce n'est pas précisé avec qui dans le livret. La chanson, très belle en français, reste belle en italien, sauf que le second chanteur pousse un peu trop sa voix, ceci dit le chœur final est magnifique, ça vaut le coup de l'entendre au moins une fois, en plus si vous avez optez pour la version intégrale, ce n'est pas plus cher. Car oui, ce vinyle est rare, pressé à peu d'exemplaire, il ne s'est pas bien vendu selon wikipédia, bon, il faut dire aussi que le marché français est très protecteur, donc Nino Ferrer qui chante en italien, puis côté de l'Italie, peut-être le chanteur n'avait-il pas assez de notoriété pour vendre.

La bande à Ferrer en italien ça donne O mangi questa minestra o salti dalla finestra, si lors du précédent titre nous entendions un peu le public, il est plus présent ici, la chanson est sympa, mais sans plus une fois de plus si j'ose dire. Surtout que le prochain titre sera nommé Isabelle dans son prochain album, ici ça donne Meglio l'amore che la guerra. Je comprends rien à l'italien c'est impressionnant en fait, je pourrai faire croire que j'arrive à deviner des mots, mais tout le monde y arriverait à deviner ces mots. Pour cette chanson le rythme est sympa, avec une basse bien présente, mais nous restons dans ce son spécifique des années 60, avec cet orgue synthétique (ou pas, j'y connais rien en instruments). Mais bon, le prochain titre est bien connu, Pour oublier qu'on s'est aimé, une balade blues fort jolie et plaisante, seul titre francophone de ce live.

La pelle nera, adaptation d'un de mes titres préféré du chanteur, Le voudrais être noir, la musique ne change pas et la chanson possède le même impact en VF ou VI, excellent titre que je vous conseille, en plus si vous aimez et connaissez bien la version originale du titre, vous apprendrez un peu d'italien. L'album se termine par Ol' man river, de part son titre on devine que ce sera très blues, sonnant presque gospel quoi, ou rythm'n'blues, sympa mais sans plus.

Oui voilà, c'est le sentiment général qui en ressort, sympa mais sans plus, en fait ce n'est pas le fait qu'il chante en italien qui gêne, mais le son n'est pas immense, puis surtout il commence à y avoir une redondance gênante dans les compositions, le pire étant que Métronome continue sur cette voie, donc oui, loin d'être indispensable, seule La pelle nera est marrante et agréable, le reste c'est bof. J'aime pas.

@+

Vidéo de grease52.

L'intégrale.

L'intégrale.

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article