Shangaï Kid 2

Publié le par Twinsunnien

Le DVD.

Le DVD.

Bon, je sais, le premier m'ayant déçu, pourquoi s'acharner? Après tout quel plaisir malsain, ou maso, peut pousser un mec comme moi à voir la suite d'un film moyen? Ne sait-on jamais, des fois que le niveau se relève. Surtout que le réalisateur change, c'est désormais David Dobkin qui.... pardon? Daube qui ne? Oh lalala, ça s'annonce mal cette histoire. Mais voyons, ne nous moquons pas des noms, ceci n'est pas bien. Euh donc, bah suite quasi directe au premier, on entame le film dans la cité interdite, avec une pierre précieuse à protéger à tout prix pour un vieux monsieur accompagné de sa fille. Le monsieur est assassiné par un mec pas du tout charismatique (j'ai méchamment rit en le voyant), mais il n'hésite pas à tataner la fille, ce qui montre bien qu'il est très méchant. Nous découvrirons qu'il a un plan pour prendre le trône d'Angleterre (il doit avoir une grosse envie de faire caca), seulement il n'est que le dixième prétendant. Donc il s'allie à un méchant chinois, frère de l'empereur chinois, qui lui veut devenir calife à la place du calife, ou un truc du genre. Quel lien avec nos deux larons du premier film? Bah c'est le papa de Chon Wang (parfois prononcé John Wayne) qui est tué au début, et il va réclamer son dû auprès de Ray O'Bannon pour se rendre en Angleterre, là où serait l'assassin de son papa. Les voilà donc partis dans une nouvelle aventure, dans l'Angleterre Victorienne si je ne dit pas de connerie. Mon premier réflexe fut de dire "rigolo, c'est l'époque de Sherlock Holmes", qu'est ce que je n'ai pas pensé, mais on verra ça après un petit extrait.

Vidéo VF de raoh13.

Je n'ai pas dit, mais le film est sorti en 2003, après Rush Hour 2 et Le Smoking, histoire de le positionner dans la filmographie du chinois bondissant (dois-je vous rappeler que ce mois lui est consacré sur ASHOU?). Euh donc, fin du XIXème siècle (non mais franchement ça poutre les chiffres romains, j'ai l'impression d'être un prof d'histoire), après un court passage en Chine, et une court passage (mais plus long que la Chine) aux USA, où l'on constate que Ray est toujours aussi affligeant et queutard, on sent que l'humour ne volera pas bien haut, pourtant le coup du livre avec la quatrième couverture hilarante est efficace, Ray prenant un pseudonyme pour écrire, en affabulant, ses propres aventures, mais en ajoutant des zombies, des monstres, enfin bon, ce passage est plutôt drôle, sauf quand on croise enfin Ray dans un grand hôtel de New York. Passage affligeant, encore porté sur la quéquette, montrant encore le bon côté des femmes, ou plutôt l'inverse, comme quoi ce sont des grosses chaudasses, enfin passons, pour un divertissement familial, c'est bizarre, de plus les chorégraphies ne sont pas ultra folles, donc on passe vite ce début de film, tout aussi affligeant que le premier Shangai Kid, et enfin on arrive en Angleterre.

Ah, les gags rigolos classiques des ricains sur les anglais, ils conduisent pas du bon côté, ils bouffent de la merde, ah, que de clichés servis à la louche ici. Pire, on ose nous faire croiser des personnages historiques, en chiant sur l'Histoire. On croisera Arthur Conan Doyle pas encore Sir, ni même écrivain, qui va emprunter le nom de Sherlock Holmes créé par O'Bannen ou O'Bannon, je sais plus, pire, un Charlie Chaplin tout jeune sera de la partie. Je ne me remets pas de la fin, qui dès 1887 le voit partir pour Hollywood là où le cinéma se créé, alors que c'est une création française, qui interviendra plus tard, enfin bon, peu importe.

Donc on suit nos compères dans cette Londres Victorienne, qui vont devoir retrouver le méchant pas gentil du début, les voyant assommer une bande de brigands, et ayant pour récompense un passage en prison avant que l'inspecteur Doyle ne vienne les accueillir en les remerciant, logique, putain mais pourquoi les mettre en prison? Là n'est pas le pire, la sœur de Chon sera enfermée elle aussi, ouaip, c'est elle la fille qui se prend un violent coup de tatane du pas gentil britannique au début du film. Bon, évidemment Ray va tomber amoureux de la chinoise, et ne va plus que se consacrer à la draguer, contre l'avis de Chon évidemment.

Oui, ça me gonfle un peu de parler de ce film en fait, pourtant il subsiste quelques moments sympas, mais comme le coup du bain du premier film, on retrouve une scène pleine de testostérone, non, je déconne, bataille de polochon, pas d'édredon de KIKKAWA You pourtant, mais putain, les deux amis sont censés se faire la gueule, du moins Ray, et là ça vire à la bataille d'adolescente avec des meufs court vêtues, non mais, merde. Mieux, plus prévisible, la sœur de Wang arrive à ce moment, et alors qu'elle commençait à avoir le béguin pour Ray, elle part vexée. Et de comme part hasard tombe certainement sur Jack l'éventreur, qu'elle jette à l'eau en un rien de temps. Puis les méchants chinois alliés avec le britannique pas gentil débarquent, là c'est moins facile, ça donne une baston sympa mais sans plus, avant que le méchant chinois (oui j'en ai rien eu à péter des noms) n'enlève la sœur de Wong. Tout ça pour être sûr de ne pas être embêté quand il va buter les membres de la famille royale. Sauf que ça ne va pas marcher évidemment.

Sur la péniche le combat devient intéressant, avec un vrai bon antagoniste (le frère de l'empereur de Chine), qui est classe, et finira en feu d'artifice. D'ailleurs le combat aura lieu sur fond de feu d'artifice, lui donnant une certaine classe. Puis c'est au tour de bidule anglais de se faire poursuivre, dans Big Ben même. Pour le coup l'escarmouche est impressionnante, enfin une scène d'action tenant un peu la route, bon, le final avec les aiguilles de l'horloge, et le drapeau britannique déchiré et voyant la chute amortie par la calèche de la reine, putain, ça ne fonctionne pas, pire le coup des récompenses à la fin, ouch, ça pue. Enfin la fin avec l'idée de Hollywood, c'est caca aussi, et ça ne fait pas rire mais bon.

Le film dure presque 2 heures en plus, un calvaire. Oui bon, il y a la scène de la bibliothèque et son passage secret qui fonctionne (j'ai oublié d'en parler), et l'escarmouche finale qui marche aussi, mais le reste, c'est pitoyable, en fait, j'ai pigé le soucis, c'est Owen Wilson, ou du moins son personnage, il est lourd, porté sur la zigounette, parle bizarrement, est affabulateur, il est pénible en résumé. Il plombe le film tout du long, et on comprend qu'il est là pour apporter un côté comique au film, sauf que c'est un humour de merde, pourtant arrachant des rires par moment, ou sont-ce les nerfs qui m'ont lâchés? En tout cas cette suite est moins bordélique et foutraque que son prédécesseur, on regrette un humour porté sur la quéquette, des séquences d'actions trop rarement impressionnantes, des trucs improbables comme l'atterrissage dans la calèche de la reine. Bref un film à éviter, je lui préfère les deux premiers Rush Hour ou Le Smoking sans sourciller, même Le tour du monde en 80 jours lui est supérieur, bon ce n'est pas non plus une bouse, mais il y a tellement d'autres films meilleurs de Jackie Chan, même de Owen Wilson, qu'il est dommage de s'attarder sur celui ci. J'ai pas aimé.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article