The Wave

Publié le par Twinsunnien

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Une fois n'est pas coutume, nous allons parler d'un film norvégien, marrant en plus je l'ai vu en VOSTFr, donc en langue norvégienne, j'ai rien capté, d'où l'utilité des sous titres. Voilà voilà, elle commence bien cette chronique, à sortir de telles âneries vous voilà partis. Mais non, restez voyons, car c'est un super bon film catastrophe, carrément meilleur que le peurrave 2012 de Emmerich, n'allez pas non plus croire que la Norvège ne sait pas faire du cinéma impressionnant hein, genre on sait faire en France alors pourquoi pas eux? Niveau cinéma que l'on a pas l'habitude de voir, je me rappelle du suédois Morse, adaptation de Laisse-moi entrer de John Linqvist, d'ailleurs il me faudra le chroniquer un jour ou l'autre car il est bien ce film, mais revenons à The Wave. Dans son pays d'origine il est sorti en 2015, 1 an plus tard en France. Ah, mais attendez, regardons une vidéo avant, en me laissant vous préciser que comme je fais parti du Priceclub, j'ai pu voir ce film gratuitement, en fait c'est remboursé après coup, et ce serait long à expliquer, mais j'ai pu le louer (en SD par contre :-/), pour rien, ce qui est cool hein? Enfin pas pour vous, mais pour moi, oh puis flûte, bande annonce.

Vidéo de Panorama (Groupe AB).

Kristian est géologue dans la région de Geiranger (ma chambre, ou l'armoire, ou ce que vous voulez, c'est cool les noms norvégiens on peut faire des jeux de mots pourris quand on est un gros connard comme moi), il surveille le massif montagneux du fjord, car, comme nous le montre une introduction avec des archives, il arrive fréquemment que des éboulement créent des Tsunami (grande vague en japonais je vous rappelle) pouvant anéantir toute une ville. Pour des raisons qui nous échappent, il a décidé avec sa femme d'aller bosser en costard cravate avec des pétroliers, et c'est donc son dernier jour. On devine que l'homme est un angoissé et peut facilement se faire dévorer par son boulot, ce qui explique certainement pourquoi il a choisi un poste à moindre responsabilité, pour mieux être présent auprès de sa femme Idun et de ses enfants Julia, la benjamine et Sondre le grand ado.

Si l'introduction permet aux tanches comme moi de comprendre l'intérêt d'une telle surveillance, elle est bien emmenée et surtout elle nous propulse vers une découverte de personnages auxquels nous n'auront aucun mal à nous attacher. Déjà soyons clair, il ne gêne en rien de le voir en VOSTFr, même si on ne pane rien. Au contraire, je pense que l'on perçoit plus facilement le ton et l'émotion, mais je reconnais parler dans le vide, ne l'ayant pas vu en VF, si cela se trouve cette dernière est parfaite. Ensuite, putain que c'est beau. La photographie avec une image un tout petit peu sombre, des plans larges nous montrant bien à quoi ressemble un fjord, encaissé dans une vallée, et c'est beau. Voilà quoi, j'ignore le budget du film, mais oui, ce n'est pas un film au rabais comme peu le laisser présager l'affiche et son logo pourri.

Ensuite le film est coupé en 2, ou 3 si l'on considère le Tsunami comme une scène à part. Au début on nous présente les personnages, le danger qui guette la vallée, comment tout ceci est surveillé. Et souvent, comme avec Le pic de Dante ou Inferno et autre film catastrophe, nous avons un personnage angoissé qui sent venir le truc, un mauvais pressentiment. Sauf que là, il semblerait que Kristian soit tout le temps angoissé, et l'explication de Arvid est claire et logique, si on hurle au loup tout le temps, le jour où ça arrivera vraiment qui nous croira? On découvre où travaille Idun, sa femme, à 1,5m au dessus du niveau de la mer, cette idée de nous indiquer l'altitude à chaque fois, ça pose bien les lieux je trouve, sachant que c'est une vague de 80 mètres qui viendra s'abattre dans les 10 minutes sur le village touristique de Geiranger.

Presque vers le milieu, le glissement de terrain de la montagne surveillée par nos géologues a lieu, déclenchant l'alarme un poil avant que celui ci ait lieu d'ailleurs (une équipe était sur place dans le cadre du plan jaune, surveillance H24 de la montagne et verra donc en direct la montagne changer). Dès lors une course contre la montre de 10 minutes va avoir lieu, presque en temps réel même je pense, ou pas loin, la logique de Kristian qui cherche à sauver sa fille (sa femme bosse à l'hôtel alors que son fils est lui aussi dans cet hôtel, je vais pas tout expliquer nan plus ^^), tout en disant aux gens de faire preuve de bon sens, ne chargez pas les voitures, sauvez vos vies avant tout. Tout le monde a eu la même idée et la route est bouchée. En parallèle on assiste à l'évacuation de l'hôtel, seulement Sondre a eu la bonne idée d'aller faire du skateboard dans la cave de celui ci, avec son walkman à donf, et n'entend pas la sirène. Sa mère ne peut se résoudre à partir sans lui, et le cherche. Toujours en parallèle, alors que déjà nous avions pris dans la tronche le raz de marée qui se profile, là on voit cet immense Tsunami, immense grande vague donc, qui se rapproche de Kristian, qui se voit être séparé de sa fille pour des raisons que vous verrez bien, alors qu'il se retrouve englouti par la vague, on voit la situation à l'hôtel, contraignant Idun, Sondre et un ami de la famille de trouver refuge dans un abris situé dans la cave. Devant l'angoisse de son mari, Idun avait jeté un petit coup d'œil au plan d'évacuation, mais aussi des abris, en cas de Tsunami.

Après ces 10 minutes spectaculaires à souhait, aux effets prodigieux, on passe dans la seconde partie du film, le survival. Krisitan s'en est sorti miraculeusement, sa fille aussi, mais maintenant il va falloir chercher Idun et Sondre, ou du moins leurs corps, même si l'espoir persiste malgré tout. Surtout que nous (télé)spectateur, nous on sait qu'ils sont vivants, enfermé dans un abri qui commence à prendre l'eau. Putain moi j'aime pas l'eau et l'idée de se retrouver enfermé dans une salle qui s'inonde, pétard, bonjour l'angoisse. Le côté Kristian, avec ce monde apocalyptique, ces corps flottants, le bordel monstrueux, est effrayant, mais l'angoisse arrive surtout côté Idun, la pièce ne cesse de s'inonder. Et je m'arrête là, je ne vais pas raconter la fin quand même.

Car oui, voilà un superbe film catastrophe, bon, j'ai regretté la fin, je ne vous dit pas pourquoi, vous verrez par vous même, car même si j'ai pu voir ce film gratuitement, il vaut les 4€ nécessaires à sa location, non, mieux, essayez de le trouver dans quelque temps quand il sera disponible dans les 5€ en DVD, car il est bien réalisé, nous montre un pays que l'on connaît peu, n'est pas chiant comme un film américain catastrophe cherchant le sensationnel à tout prix, même si certains trucs sont gros, on en prend plein la gueule pendant 10 minutes en plein milieu du film, le reste étant centré sur cette famille luttant pour survivre. La première partie monte en pression comme il le faut, avant le déluge, pour voir une seconde partie complétement angoissante. C'est bien joué, bien réalisé, propre dans les effets spéciaux, un excellent film que je vous conseille de voir au moins une fois, quitte à mettre 3 ou 4€, le mieux étant de le prendre en DVD, histoire de pouvoir y revenir plus tard, c'est ce que je compte faire, me prendre le DVD dès qu'il sera disponible pas trop cher. J'ai adoré.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article