20th Century Boys Édition Deluxe tome 5

Publié le par Twinsunnien

Le tome 5.

Le tome 5.

Woooh, là je dois reconnaître que ce tome 5 de la version de luxe de 20th century boys, si il s'attarde nettement moins sur Kenji et sa bande, en fait on ne sait pas ce qu'est devenu notre héros rebelle après le nouvel an sanglant, et on ne le verra qu'à travers un flashback, est particulièrement prenant. Par contre l'auteur URASAWA Naoki se penche depuis quelque temps sur Kanna et surtout sur la pauvre Kyôko, qui se retrouve à l'étape finale de Ami Land, mais comme je ne veux pas me risquer à un quelconque divulgâchi, mot que je ne sais pas écrire, pardon, bah j'éviterai de trop en parler. La réalisation, le découpage des vignettes reste parfaitement maîtrisé, le récit aussi, même si l'on change moins d'époques, ici ce sera entre 2014 et des années 60 que l'on va naviguer.

Kanna, la nièce élevée par Kenji dans les années 90 est donc une lycéenne, et on va lui découvrir un don. D'ailleurs c'est bluffant de voir les Yakuzas, euh, ouais, enfin bon, les mafias asiatiques ne s'aimant pas, allez, je spoil, réunies par l'adolescente. Suite au fait qu'elle a attiré l'attention sur elle au casino, avec un jeu que l'on essaye bien de nous expliquer, mais auquel je n'ai pas tout compris, le Rapid Nabokov. Petit défaut, car on nous sort un montant astronomique et le rythme est peut-être un peu trop rapide pour que l'on prenne conscience du danger, c'est l'un des rares points décevant, je n'arrive pas à l'exprimer, mais on ne perçoit pas vraiment ce danger et la somme colossale engagée. Mais après, avec le discours de l'église, c'est impressionnant par contre, on découvre aussi "le nouveau cahier de prédiction" avec un grand drame qui doit arriver dans cette église. Là par contre la tension monte de façon magnifique, le découpage crée une sorte d'asphyxie avant d'avoir une arrivée "christique" spectaculaire, pour un final étonnant et difficile à deviner je trouve.

Après cette instant fort en émotion, on va retrouver Kyôko chez elle, sortie de Ami Land, et elle semble se rappeler de certaines choses. Mieux, elle va enfin rencontrer Kanna, on découvrira le visage du petit garçon que la lycéenne avait pris pour Ami, bon, forcément on découvrira que ce n'est pas lui, mais ce personnage "transparent" est particulièrement touchant, sans amis, n'arrêtant pas de déménager, on verra son histoire avec un professeur très attentif envers lui, je ne citerai pas son nom, mais Kenji version années 90 s'en souviendra et ceci a de quoi surprendre le lecteur car l'auteur nous explique bien que ce personnage est une sorte de fantôme, du moins dans sa jeunesse avant de servir Ami. Bon, j'en dis un peu trop, donc sachez que l'on s'arrête sur une révélation facile à deviner, les indices étant dispatchés dans les tomes précédents annonçant cette révélation. Pas décevant, mais prévisible donc.

Avec un dessin toujours nickel, une navigation plus posée (depuis quelques temps on voit moins de flashback et on se pose dans une époque), une histoire forte avec Kanna dans le casino puis l'église, ensuite on retrouve Kyôko pour découvrir un personnage secondaire très attachant, pour lequel on ressent très vite de l'empathie, avant que ce tome ne se termine par une révélation que l'on voit venir depuis quelque temps j'estime. On reste impressionné par la maîtrise narrative, la qualité de la découpe des vignettes, bon, il n'y a pas des masses d'action, et pourtant, le lecteur que nous sommes restera captivé par cette histoire intrigante, même si le petit jeu de "qui est Ami?" commence à être un peu lourd, de plus, si l'on retrouve certains membres de la bande à Kenji plus âgé, on ignore encore ce qu'est devenu le héros, et ceci depuis un long moment je trouve, en espérant avoir des réponses assez vite, car si le récit reste intéressant, on sent une certaine longueur pour nous révéler l'identité d'Ami. Oui, si l'auteur nous révèle ceci, ça marquera la fin du manga, mais bon. En fait je n'arrive pas à conclure proprement, sachez que c'est une excellente série, agréable à lire, à posséder même. J'adore.

@+

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article