Black Bullet

Publié le par Twinsunnien

La box.

La box.

De façon bimensuelle, en payant 11.95€ par mois, je reçois des coffrets d'anime japonais dont, l'ancienne Déclic collection, se nommant je sais plus comment aujourd'hui, mais bon, là n'est pas le soucis, disons que pour un bas prix, je peux découvrir des trucs sympas. Je ne vous cache pas que la moitié du temps je revends les coffrets, mais des fois, je tombe sur une œuvre marquante, rappelez vous Sword Art Online, par exemple. Et bien, si Black Bullet, au delà d'avoir une titre rigolo (la belette elle est noire, euh, c'est pitoyable je sais, désolé), et un chara design tout mignon, même si Rentaro le personnage principal à une expression vénère, et bien nous ne sommes pas en face d'un truc meugnon, au contraire, le récit montre ou suggère des horreurs, et le sang coule peut être pas à flots, mais il y en a quoi. Euh, l'histoire, en fait on débute par une attaque sur une ville d'une grosse bébête, que l'on apprendra appartenir aux Gastreas, monstres immenses prenant l'apparence d'insectes (enfin bon, je doute qu'une araignée soit un insecte....), et en fait ces monstres sont le résultats d'un virus affectant l'humanité, transformant les humains en Gastreas donc. Il subsiste seulement 2 solutions pour les vaincre, le Varanium, métal noir particulièrement rare, mais aussi les Initiateurs, enfants maudits, aux yeux rouges et exclusivement féminins, elles portent en elles le virus Gastrea et possède la capacité de régénération ainsi qu'une force inconcevable pour des enfants, même pour des adultes. Les Initiateurs sont accompagnés par un Promoteur, formant ainsi une milice luttant contre la propagation de ce virus. Oki, j'ai pas super bien expliqué, en plus je vous ai présenté le truc à l'envers, on apprend d'abord que Rentaro est Promoteur et on découvre tardivement Enju, son Initiateur, mais pas grave, je vous passe l'opening très dynamique pour faire passer la pilule.

Vidéo de op.ed.pl.

Adaptation des Light novels de Kanzaki Shiden, la série est mise en images qui bougent par le studio Kinema Citrus, elle est arrivée en 2014 sur les télés nippones et donc en box de 13 épisodes chez Black Box pour nous les français. Les épisodes durent environ 22 minutes, et j'ai regardé cet anime en VOST.

C'est un monde pas rigolo qui se présente sous nos yeux, surtout que l'on ignore encore que ce petit garçon survivant par miracle à l'attaque d'un immense Gastrea, perdant ses parents, est en fait notre héros Rentaro. On le retrouve 10 ans plus tard en train de lutter contre les Gastreas sous les ordres de Kisara. Le personnage de Kisara est très intéressant, surtout sur la fin, déjà elle est malade, contrainte de subir des dialyses car ses reins ont lâché, ensuite elle est une excellente combattante au sabre, de plus elle voue une haine sans faille envers ses frères qui ont assassiné ses parents. Enfin bon, on pardonne vite le côté fan service (la donzelle est en jupe courte et possède une poitrine généreuse), pour constater que ce personnage est très intéressant, et pourra même choquer dans le dernier épisode, mais chut.

En fait, le truc surprenant dans cet anime, c'est ce mélange parfait entre violence, sujet choquant, action donc et moment plus, voire carrément rigolo. En effet, dans ce monde l'humanité a peur des Gastreas et voue une haine envers les filles maudites aux yeux rouges, car elles sont infectés mais arrivent à se maîtriser jusqu'à un certain taux (50% si j'ai bien pigé) avant de risquer de se transformer en Gastrea. On constate que Rentaro a tout fait pour considérer Enju comme une fillette, ce qui a créé un lien fort dans ce duo. On passera une fois de plus le côté petite fille qui veut se marier avec Rentaro (on aura même droit à une des filles voulant se marier avec le héros alors qu'elle lui demande l'autorisation de l'appeler grand frère, assez dégueulasse quand on regarde ça avec un regard européen je conçois), on passera donc tout ce côté un peu fan service, chiant mais pas trop lourd, pour se concentrer sur les ennemis et surtout les personnages principaux, absolument géniaux et tous attachant.

Déjà, le premier adversaire, Kagetane et son Initiateur Hiruko. Le mec est ultra giga classe, et il contraindra notre héros à sortir son arme ultime, faisant méchamment penser à Edward Elric de FullMetal Alchemist pour le coup. Et les influences sont diverses, je n'ai pas cité Gojira ou les kaiju eiga pour l'immensité de certains Gastreas (surtout les types 4 ou 5), nope, d'ailleurs Kagetane m'a fait penser au jeu Professeur Layton et le masque des miracles, personnage maigre, parfois malsain, mais d'une classe folle. Bref, cet adversaire est impressionnant.

Mais le meilleur reste à venir, la meilleure que dis-je. Tina Sprout, ce personnage m'a trop fait penser à Ayumu Kasuga alias Osaka dans Azumanga Daioh, des grands yeux, toujours en train de bailler, molle comme pas permis, et là aussi une ironie exceptionnelle, je ne vous en dirai pas plus, mais on a droit une fois de plus à une forte émotion.

Les épisodes montent en puissance ce qu'il faut et certains passages se veulent plus légers, permettant de se remettre de l'action hyper bien animée, mais aussi de la violence parfois méchamment frontale, que dire de cette école dans laquelle Rentaro enseignera avant le drame, enfin vous verrez car oui, je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps, cet anime est excellent, trop court malheureusement, mais d'une intensité forte, loin d'être niais il parle ouvertement de racisme, de privilégiés, de l'armée, la lutte, putain je dis n'importe quoi là, on va donc conclure.

Avec des personnages ultra attachants, des ennemis ultra classes, un mélange entre action, humour et émotion bien géré, bien équilibré, on ne s'ennuie jamais tout du long de ces 13 épisodes, mieux, on les enchaîne sans s'en rendre compte. Le doublage, l'animation, le chara design, tout y excelle, c'est une grosse surprise, en plus on a un côté RPG quand il faut former un groupe, Salvant je crois, je ne sais plus le nom pardon. Il y a divers sujets traités, comme les enfants guerriers, le racisme, le suicide aussi, le terrorisme aussi, bref, à voir absolument, j'arrive même à pardonner ces petits passages gênants typés fan service, comme une poitrine qui se fait tripoter, une petite fille qui ne pense qu'à se marier avec un ado, arrrrrgh, là je repense au passage où Tina est tellement fatiguée qu'elle n'arrive pas à manger et que Rentaro est obligé de lui donner "la becquée" comme Osaka et Chiyo (en costume de pingouin) dans Azumanga Daioh ^^. Vous devez le voir, stout, j'ai adoré, grosse surprise. Par contre attention aux âmes sensibles hein, ça saigne, y'a des monstres immenses et des personnages attachants viennent à mourir.

@+

Publié dans Série TV - Animé

Commenter cet article