Hunger Games : La révolte partie 2

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay.

Le BluRay.

Voilà enfin le dernier film adaptant les livres Hunger Games de Suzanne Collins, ce film est sorti fin 2015, toujours réalisé par Francis Lawrence, et voit dans ses rôles principaux Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Donald Sutherland, Julianne Moore ou encore le regretté Philippe Seymour Hoffman. Oh, purée, au point de vu du scénario, nous avions laissé une Katniss agressée par Peeta, ce dernier ayant passé un long séjour entre les main du Capitole, perdant tout sens de la réalité. C'est donc une longue rééducation que va subir le boulanger du District 12. Ah, oui, je dois encore vraiment vous parler des Districts, des Hunger Games? Non hein, parce que là c'est un merdier monstrueux à Panem, et il ne reste que le District 2 à "convaincre", par la force, avant d'aller attaquer le Capitole, capitale bourgeoise de Panem, Paris quoi... ouch, c'est méchant là. Donc on voit Katniss recouvrer la parole, avant de partir en mission commando pour asservir le District 2. Hein? Je vais vite. Bah oui, de toute façon cette chronique sera rapide. Quoi? Vous voulez voir la vidéo? Ah oki. Vidéo donc.

Vidéo de Metropolitan Films.

Donc, le but de ce film sera l'anéantissement de Snow. Là. Voilà. C'est dit. Mais un problème plus grave subsiste, entre Peeta qui devient fou, Katniss qui frôle la mort comme jamais, le problème principal vient de la leader de la rébellion, Coin, oui, nom rigolo j'en conviens. Elle semble vouloir prendre le pouvoir, quitte à employer des méthodes horribles. Quand la place du Capitole est attaquée, qui est le commanditaire, Snow ou Coin? Et c'est ainsi que, comme dans le livre, Katniss prendra une rude décision.

Mais avant nous n'avons pas pu échapper à la mise en images des pièges du Capitole, les mecs ils ont créé une ville, et logiquement, ils ont éparpillé des pièges, des fois que, on ne sait jamais. Là les moments de bravoure sont nettement supérieurs et mieux mis en images que les films précédents, on ne ressent pas ce sentiment d'autocensure, et enfin les pièges sont violents, le goudron, le sacrifice d'une partie de l'escouade, les bidules qui tuent instantanément, ou alors les broyeurs sortant du carrelage, bon, bref, enfin on a une légère crainte pour les personnages, et le commando diminue au fur et à mesure. La scène des égouts avec les mutants est excellente d'intensité et de stress, avec le jump scare que l'on voit venir, mais qui fait son effet quand il intervient.

Ah, et me voilà donc bien embêté, que dire en fait sur ce film. Oui, je n'ai pas grand chose à dire dessus. Si ce n'est pas le super film de la mort qui tue, je note que c'est celui respectant le plus le livre, on y constate que les acteurs ne se démerdent pas trop mal, la réalisation, sans être parfaite, est claire et lisible, les effets spéciaux font leur effet.... paye ta blague de merde. Certains regretteront la fin molle et triste, mais c'est celle du livre, avec le côté "il gigote en moi" en moins, point de sexe ici. Les drames sont bien retranscrit, et même si on ne lit pas directement ce que ressent Katniss, on arrive à le deviner je trouve.

En fait les défauts que l'on trouve au film et au script, sont inhérent au livre, le côté multiples vies de Katniss, certains sacrifices dont on se fout royalement en fait, un choix final débile de la part de l'héroïne. Un retour un peu trop rapide de Peeta aussi, quoique pas gênant. Le fait d'avoir des pièges dans la ville même, le subterfuge de la mère Coin. Mais quand on connait le livre, rien d'horrible en fait, on se réjouit même de voir le script arrêter de se censurer, surtout avec les morts qui arrivent ici, le choix de la personne à abattre face à Snow par exemple, j'ai vraiment cru que "pour le fun" le film allait choisir l'autre option, pire, lors de l'attaque des enfants devant le Capitole, j'ai bien cru que la mort principale qui emmène Katniss à faire des choix draconiens, et bien que ce personnage serait épargné dans ce film, mais non.

Allez, je conclue parce que je vais tourner en rond. Comment dire, si vous avez aimé les 3 premiers films, bah oui, vous allez aimer celui là. Voilà, ça c'est dit. Ensuite, les lecteurs ayant kiffé la saga mais pas aimé les premiers films, bah celui ci met en image la dernière partie de La révolte, une adaptation un peu trop fidèle, mais pas déplaisante à voir en fait, donc si vous n'avez pas aimé les premiers films (je cause toujours aux lecteurs ayant aimé le livre, vous suivez?), il ne vous coutera pas grand chose de voir ce dernier film, vous pourriez être surpris. Je ne cause pas de ceux ayant aimé le livre et les films, vu qu'ils rejoignent ceux ayant aimé les premiers films (franchement si vous me suivez encore je vous félicite). Après, il y a les comme moi. Mmmh, ça ne se dit pas, tant pis, en gros je n'ai pas détesté les premiers films, sans avoir adoré, regrettant les censures et coupes horribles, tout en ayant adoré les livres, ah, en fait je rejoint la deuxième catégorie, pardon, mais j'ai bien aimé ce film sans plus. Dernière catégorie, ceux qui ont détesté les livres et/ou les films. Sérieux? Vous voulez le voir? Pas utile hein, passez votre chemin. Woooh, existe-t-il une autre catégorie? Ceux n'ayant rien vu/lu de Hunger Games? Ah, il vous faut au moins voir La révolte 1, sinon vous allez être paumé, et ça peut être un bon divertissement, quoiqu'il faille être attaché un minimum aux personnages principaux (donc connaître cet univers) pour réellement apprécier ce film je pense. En même temps je n'arrive pas à me mettre à votre place, vu que je connais l'œuvre originale et les films. Une série de film à voir, quoique je vous conseille les livres plutôt. Ah, je sais, je n'ai pas parlé du côté pouvoir qui monte à la tête, ni de l'idée de dictature, ni de la séparation des riches et des pauvres, ni de la télé réalité, mais tout ces sujets sont traités dans la saga Hunger Games, qui aura vu une héroïne, une libératrice de Panem s'ériger, malgré elle, une histoire intéressante, à voir je pense, j'ai bien aimé au final.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article