SPLIT

Publié le par Twinsunnien

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Comme George A. Romero, Shyamalan a connu le succès sur de petits films bien conçus, avant de se voir proposer des gros budgets, et on peut dire que depuis qu'il est revenu a des budgets serrés, le mec revit. On se rappelle tous du bof Land of the dead, que Romero avait défoncé avec son Diary of the dead, bah là c'est pareil. Après Avatar le dernier maître de l'air que je ne suis pas arriver à finir quand il est passé à la télé, et After earth qui est plus une commande pour booster la carrière du fils de Will Smith qu'un film de Shyamalan, et bien The visit avait relancé la carrière du réalisateur. Résultat, et même si je n'ai pas vu le found footage cité (j'ai le DVD donc ça viendra, tout comme pour After earth), j'attendais beaucoup de ce SPLIT, sortit le 22 février, que j'ai vu le samedi suivant sa sortie. Je précise que c'est seulement le deuxième film du réalisateur que je vais voir au cinéma, le premier étant la claque Sixième sens, qui nous montrait un film fantastique sympa, mais sans plus, avant la révélation du dernier quart d'heure, obligeant le spectateur à revoir le film pour voir si il n'y a pas tricherie, et non, pas de triche. Mais regardons la bande annonce.

Vidéo de FilmsActu.

Le film ne traîne pas malgré ses 2 heures au compteur. Une fête d'anniversaire d'une ado américaine classique, on devine rapidement que Casey n'est là que par charité, elle reste à l'écart du groupe. Alors que la personne devant venir la chercher ne peut pas la faute à une voiture en panne, le père de Claire (la fille célébrant son anniversaire) insiste pour raccompagner Casey qui va se joindre à Claire et son amie Marcia. Sur le parking alors que le père de famille charge la voiture et que les filles s'installent, une personne inconnue entre dans le véhicule et enlève les trois jeunes filles. Dans une scène d'une tension qui met dans l'ambiance, directement. Les lumières se sont éteintes depuis à peine 10 minutes (voire un quart d'heure) et nous voilà plongé dans une ambiance de détention proche de 10 Cloverfield Lane.

Si nous suivons le calvaire des jeunes filles, nous aurons aussi droit au Dr Fletcher qui suit Barry, le kidnappeur des filles. Sauf si c'est Her... mince j'ai paumé les prénoms, désolé, mais on apprend plus tard que le mec souffre de trouble dissociatif de la personnalité, et qu'il en a 23. Ouais, carrément. Le mec ne fait pas dans la dentelle (du Puy en Velay siouplé). Je spoil, mais sur les 23 seul environ 1/3 seront exploités dans le film. Ce qui est déjà pas mal. Donc on suit ses appels au secours (à travers les e-mails envoyés à sa psy), et on essaie de comprendre cette maladie, tout comme Casey, dont le passif loin d'être parfait expliquerait pourquoi elle se tient à l'écart des autres ados. Rares moments d'évasions, les flashback de Casey virent au cauchemar, difficile de se remettre de ces courtes scènes, se déroulant dans les bois, sensées nous offrir un bol d'air, sauf que l'on découvre une autre horreur que celle que subissent les filles. C'est brillant au niveau du montage, du rythme aussi. Et c'est très important pour comprendre la fin. En tout cas on perçoit en Casey un sang froid et une analyse de la situation plus réaliste que ce que font Marcia et Claire.

M. Night Shyamalan va énormément utiliser des gros plans de ses acteurs face caméra. Installant parfois un déséquilibre droite gauche, comme quand la psy va chez sa voisine. Ou alors utilisant une symétrie parfaite, quand Casey se retrouve face à la "bête". Merde, c'est un gros spoil là, désolé, mais oui, le mec peut-être encore plus dangereux. Le final est haletant et vire même à l'horreur pure. enfin bon, je ne veux pas trop en révéler, j'en ai déjà trop dit.

Alors niveau acteurs, James McAvoy (le kidnappeur), Anya Taylor-Joy (Casey) et Betty Buckley (Dr Fletcher) sont immenses, bluffants, poignants, l'acteur principal étant, étant, purée, il n'y a pas de mots pour le décrire, il décoche la mâchoire et même en VF (chapeau les doubleurs) ça fonctionne. Pas de crise d'hystérie ou de truc too much, le ton est juste, et on arrive même à deviner quelle personnalité est présente juste par la posture de James McAvoy, c'est époustouflant. Bon, au niveau du scénario on regrette le manque de jugeotte de la Psy, qui sent qu'un truc de pas net se produit et se rend seule chez Barry. Le pire étant que d'entrée elle fait le lien entre les e-mails d'appel au secours de Barry et l'enlèvement de trois jeunes filles. C'est le seul point noir du scénario, même si on peut penser que perdue dans ses recherches elle ne veut (ne peut?) y croire.

Comme je l'ai dit plus haut, le film passe à une vitesse, avec un rythme parfaitement géré, on passe du local où les jeunes sont enfermées, à l'appartement de la psy, avec quelques extérieurs dans la ville de Philadelphie, faisant écho à Sixième sens, et si vous connaissez bien la filmographie de M. Night Shyamalan, les dernières secondes du film vont vous scotcher. Déjà que le film était remuant comme pas permis, que la fin se veut pessimiste, les dernières secondes laissent présager un espoir, magnifique quoi. Par contre si c'est votre premier Shyamalan, vous ne pigerez rien du tout à cette fin.

Un trio d'acteurs exceptionnel, un réalisateur/scénariste (et même acteur aimant la graisse ^^) qui revient en grande forme, une tension qui monte lentement mais surement. Film angoissant au début, qui vire à l'horreur pure dans sa dernière partie, avec une Casey ultra attachante et plus intelligente que Claire (qui pourtant est la seule à réfléchir pour fuir), un passé de notre héroïne dispatché tout le long du film, expliquant la fin, et montant aussi dans l'horreur. Je ne me remets pas de la scène dans la voiture de police et ce changement dans le regard.... brrrrr. En plus Shyamalan nous offre une fin à la fois glaçante et réjouissante, surtout si l'on connaît bien sa filmographie. Un des rares films m'ayant vu sortir groggy de la salle, je crois même que c'est la première fois que je sors du cinéma complètement chamboulé (j'ai pas le mot précis), l'impression d'avoir assisté à un film exceptionnel, comme on en voit peu souvent en fait. Un film à voir absolument. De plus la VF n'est pas dégueulasse du tout. J'ai adoré.

@+

Le ticket.

Le ticket.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Angelilie 08/03/2017 13:27

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.