Police Story : Lockdown

Publié le par Twinsunnien

Le BluRay.

Le BluRay.

Surprise. Bah vi, je ne pouvais pas rester sur un film de 2009 voyons, c'est loin 2009, et non, je suis résolument décidé à ne pas faire Kung Fu Panda 3 voyons, ça tombe bien, fin février début mars 2017 est sorti en France en DTC, euh, DTV pardon, le tout dernier volet de la saga Police Story, enfin bon, le nom à l'internationale quoi, car finalement ce Lockdown n'a pas grand rapport avec le New Police Story ou les tout premiers quoi. En plus ce long métrage mettra 4 ans à venir chez nous. Genre les mecs (ou meufs) de chez AB Vidéo, ils ont senti venir le truc avec le mois spécial sur ASHOU et ont décidé de sortir le BluRay, sauf qu'ils (ou elles) ont un mois d'avance. Oui, j'aime dire des conneries. Donc c'est produit par Jackie Chan lui même, d'ailleurs il y interprète un flic (waouh, d'où le nom de Police Story, c'est malin ça), et c'est Ding Sheng qui réalise. Et si l'emballage, bande annonce et couverture de BluRay n'indiquent pas vraiment ce qu'est le film, il n'en demeure pas moins que ce fut une petite surprise pour moi. Ah oui, car vous l'aurez constaté, voici le seul BluRay chroniqué dans ce mois spécial Jackie Chan. Regardons la bande annonce, en sachant que je ne l'ai pas vu en VF mais en VOSTFr, et que le méchant il a un accent bizarre, pour que je le remarque c'est que c'est flagrant, mais voyons la vidéo.

Vidéo de Trailers FR.

Ah, oui, bon, j'avoue, le début est très très bizarre. On se dit même que ça y est, on nous ressort le personnage alcoolique de New Police Story, sauf que pas du tout en fait, et c'est trompeur. On devine qu'il doit rejoindre sa fille dans un bar, alors que celle ci a coupé les ponts depuis la mort de sa mère, on apprendra plus tard dans le film que cette dernière est morte et que l'inspecteur Zhong n'était pas présent auprès de sa fille lors de cette épreuve, on découvrira même pourquoi. Mais le début nous montre donc la découverte du bar tenu par Wu Jiang, c'est bizarre, sorte d'usine réaffectée en bar et boîte de nuit, enfin bon. Notre héros retrouve sa fille, qui lui présente son mec qui n'est autre que le tenancier de l'établissement. Mais là où le film va se réveiller d'un œil, c'est quand ce dernier prendra en otage tous ses clients et surtout l'inspecteur pour faire le point sur une affaire vieille de 5 ans, et la mort de sa sœur lors d'un braquage de pharmacie. Oui, je vous spoil la gueule, mais franchement, la première demi-heure est lourdingue et j'avoue m'y être ennuyé un peu. Malgré le fait que Wu cause à Zhong (celui ci étant attaché à un chaise), et que ce dernier essaye de piger qui a placé un contrat sur sa tête. Ainsi nous aurons droit à des flashbacks, qui justifient le dos du boitier du BluRay indiquant "Des séquences d'action à couper le souffle", bon, euh, en fait y'a pas autant d'action que cela, et ce n'est pas si suffocant que ça, mais il faut bien vendre ma p'tite dame, que voulez vous.

Premier point des flashbacks, on constate que c'est Volkswagen qui sponsorise. C'est un détail con, mais moi ça m'a choqué. Alors que dans un James Bond ou quand Jackie Chan est aidé par Mitsubishi dans Opération Condor notamment, ça me choque moins. La firme allemande a voulu s'intégrer au marché automobile chinois dans le but de prendre le leadership devant Toyota, ce qui n'a pas marché car ces cons, ils ont triché et les ricains leur ont fait panpan culcul. Mais nous ne sommes pas là pour causer automobile. Donc on aura droit à 2 flashbacks au début, et la peur m'a pris de ne voir que cela. Heureusement, au bout de 30 minutes, le film se réveille complétement et devient passionnant. Whong s'échappe et là on bascule dans le film de prise d'otage classique, avec l'équipe d'intervention prête à débarquer. Par moment on aura des flash forward "imaginés", excusez moi cette expression, mais le personnage imagine ce qu'il va se passer si telle chose arrive. Le réalisateur n'abusera pas du procédé, heureusement.

Si le film a mis un moment à partir, là on assiste à de l'infiltration bien sympa. Même si je trouve bizarre que le méchant fasse une tonne d'aller et retour dans la cellule de Whong, et que quand ce dernier s'échappe il n'y retourne plus. Disons que c'est bien pratique scénaristiquement (mot nouveau) parlant. Oui il a assommé l'homme de main de Wu, mais genre le méchant n'y retourne plus du tout. Enfin bon. C'est là où l'on constatera que la fille de l'inspecteur avait une perruque et était habillée comme les gentilles dames qui sont présentes sur les trottoirs, et que ceci c'était rien que pour l'embêter. Trop conne. Enfin bon, je ne suis pas là pour juger même si je le fais. Du coup elle va aider son père en lui trouvant un téléphone. Bon, ça va, les méchants ne sont pas hyper débiles, et l'autre con va se réveiller et avertir ses coupaings que Whong s'est échappé. Yé bé. Il aura mis le temps.

Je ne préfère pas continuer à vous raconter l'histoire, car ça vous gâcherait le plaisir, c'est là que l'on découvre qui est Wu, avec son passif, violent, mais aussi pourquoi il a réuni certaines personnes ce soir, afin de découvrir la vérité sur la mort de se sœur, et il y aura de la révélation de ouf, enfin bon, chut, vous verrez. En fait j'ai retrouvé une sorte d'ambiance à la Old Boy, sans rire, en croyant même un truc bien dégueulasse à la fin, mais non. La classe de l'antagoniste, sa volonté de se venger, même si ici c'est moins puissant que le film sud-coréen, ça rappelle cette ambiance. En plus, pour ne pas aider, ça cause beaucoup, un peu comme un film de Tarantino, avec des dialogues bien écrits (en VOSTFr du moins), et surtout des personnages assez charismatiques et attachants je trouve. Même si la fille est un peu trop ado rebelle qui est adulte en fait, enfin bon. Je ne m'étais pas aperçu que ça causait autant en fait. Mais entre la réalisation qui manœuvre habillement entre flashback, volonté d'approfondir ses personnages, la prise d'otage, avec les flics à l'extérieur et comme c'est vécu de l'intérieur, bref, on reste attentif de la moindre information glanée. Surtout quand à la fin, enfin, la vérité éclate. Bon, je regrette une fin un peu trop "mignonne", disons que oui, je vous spoil un peu, mais ça se termine bien, ce qui déçoit un peu, car des personnages prenaient des décisions lourdes et violentes, enfin bon.

En fait Police Story : Lockdown est survendu sur son boitier, on croit un film d'action de ouf, alors que non en fait, oui il y a des explosions, oui ça fait des courses poursuites en flashback, mais je n'apprécie pas trop ces séquences je trouve ratée, préférant largement le combat psychologique entre Whong et son antagoniste, de plus on y trouve la tension des films de prise d'otage, comme Mad City pour ne citer que lui. Avec des personnages ayant un tel charisme qu'ils semblent sortis d'un film de Tarantino, une réalisation propre, des dialogues passionnants, bref, si on arrive à passer la première demi-heure sur les 110 minutes, on tombe sur un film surprenant, excellent et qui nous tient en haleine jusqu'à la fin. Si Jackie Chan jouait déjà très bien dans Shinjuku Incident, ici aussi l'acteur est poignant, prenant, le combat dans la cage, argh, putain on souffre, ce n'est pas spectaculaire, car très réaliste, mais il n'empêche que l'on prend cher, une séquence impressionnante. Un film à voir, différent des acrobaties ou de l'humour habituel, et c'est pas plus mal je trouve. Une sorte de thriller haletant. J'ai adoré.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article