Talk on corners Special Edition - The Corrs

Publié le par Twinsunnien

Le disque.

Le disque.

Euh, alors, comment introduire, ah si, The Corrs est un groupe irlandais, une fratrie même, vu qu'il se compose du frère et des 3 sœurs, ils font de la pop moderne matinée de son issu de leur île. Talk on corners est un album qui les a fait connaître, deuxième disque du groupe, il est d'abord sorti en 1997 en édition normale, que j'ai eu, puis une Special Edition, assez spéciale, euh non en fait, car si des titres sont ajoutés et notamment le connu Runaway venant de Forgiven, not forgotten leur premier album, ce sont surtout les remixes qui apportent une plus-value, ou pas. Car What can I do? et So young se retrouvent modifiées, pour le meilleur ou pour le pire? Bah je ne me rappelle plus des versions originales comme un con.

Pendant longtemps cet album sera celui que je considérerai comme mon disque préféré, avant Under my skin d'Avril Lavigne, mais voyons voir si après 20 ans ce son a vieilli correctement ou pas.

Vidéo de The Corrs.

Wep, on débute par What can I do?, donc le clip est euh, bah sympa mais sans plus hein. Le titre est une superbe balade par contre, comme vous l'avez constaté la voix d'Andrea est cristalline (la boisson de Guy Roux), et très jolie. Rien à redire donc, pire, j'arrive à comprendre ce qu'elle chante, une belle histoire d'une meuf cherchant à se faire ken à sortir avec une autre personne. Comment je pars en vrille là, désolé. En tout cas j'aime bien cette chanson. Bon, derrière arrive le un poil plus dynamique So Young, toujours en version remixée, là la basse s'entend mieux, encore une très jolie chanson, plaisante à écouter j'estime, une fois de plus j'aime ce titre.

Vidéo de The Corrs.

C'est beau l'insouciance de la jeunesse, ah pardon, donc, troisième chanson, ah ben c'est Only when I sleep, encore une très très belle balade, une fois de plus la voix de la chanteuse est magnifique, rien à redire quoi, ça prouve qu'une chanson peut ne pas être rythmée et me plaire hein, le refrain reste en tête sans soucis, un excellent titre une fois de plus.

Vidéo de The Corrs.

C'est dingue je me souviens d'une partie des paroles, dingue quoi. Ah, voilà un titre moins connu, When he's not around. Alors bon, sachez que j'ai découvert le groupe en même temps que la série Buffy contre les vampires, d'où le fait que ce titre me fait dire qu'il pourrait être sur une OST de la série créée par Joss Whedon que ça ne choquerait pas. On retrouve du Garbage, vite fait hein? Un son étonnant, et au final agréable. Bon, le titre suivant est ultra connu, le très sympathique Dreams fonctionne parfaitement, le violon nous fait dire que le groupe vient bien d'Irlande, avec une sonorité plus moderne, avec un poil d'électro, pour une chanson suave, belle et qui s'écoute. J'aime ce titre.

Vidéo de The Corrs.

On retrouve, ou on trouve plutôt, un son plus acoustique dans I never loved you anyway, je retrouve une voix proche de celle de Jennifer Love Hewitt, de plus la compo est une fois de plus agréable. Bon, ça parle d'une rupture mais pas tristounette comme on peut le penser, plus perçue comme une libération. Enfin bon, encore un excellent titre donc.

Ah, une pure balade cette fois ci, même un slow je dirai, Don't say you love me cherche à titiller la corde sensible, mais bon, si il y a un brin d'émotion quand même dans la voix, la compo sonne trop année 80 pour... euh en quoi c'est un défaut? Je suis bête des fois. Bon, oui, le refrain fonctionne niveau émotion c'est vrai, mais en terme de compo on entend plus les Poetic Lovers qu'une balade recherchée (là, ça c'est un vrai défaut par contre), un titre qui s'écoute mais sans plus. Love gives love takes reste une balade, mais entre la guitare me rappelant du Des'Ree, j'ai plus le titre par contre, et le chant très bon, bah voilà une chanson qui apporte une émotion et qui fonctionne, superbe titre à écouter en boucle pour ma part, bon, ça parle encore d'amour mais ça marche je trouve. Ah, derrière arrive Runaway (version remix) et donc un très bon titre aussi, décidément il n'y a pas beaucoup de raté pour l'instant, le chant et la composition s'accordent aux petits oignons, et oui, je ne sais pas quoi dire pour ne pas me répéter encore en sortant que j'aime cette chanson, c'est compliqué hein. Gros kiffe malgré un côté mou.

Hopelessly addicted essaie de changer musicalement parlant, le refrain arrivant lentement mais surement (mais qu'est ce que je sors comme connerie c'est fou), mais une chanson sympa, n'arrivant pas à la hauteur des titres précédents pourtant. Fonctionne pourtant sur l'album, ce n'est pas un titre que l'on zappe, mais sans intégrer une playlist pour autant. Paddy McCarthy [Instrumental] est une chanson instrumentale. Ah, on dit pas chanson quand y'a que des instruments? Oki. Totalement inutile, on se croirait devant un film porno, une compo qui a dû servir dans un film de boules, ne comptez pas sur moi pour vous dire lequel, je suis pur, je ne connais pas ce genre cinématographique aux situations recherchées et palpitantes. Passons à la suite. Intimacy, non, ce n'est pas un titre de film cochon, c'est la douzième piste, puis ça fonctionne aussi, d'ailleurs je reconnais un peu de Eagle-Eye Cherry (que je chroniquerai tôt ou tard ici), pas beaucoup d'instruments, mais une efficacité niveau émotion, j'aime bien ce titre, peut-être un peu trop calme, mais à écouter tout de même.

Queen of Hollywood, bah c'est un tout petit peu plus nerveux, euh non en fait, mais j'aime cette chanson, simple pourtant, mais au refrain offrant une puissance vocale géniale, enfin, je vous laisse juge sur une version live, j'aime cette chanson, mais je l'ai déjà dit.

Vidéo de E. G..

Je vous ai dit que j'aimais ce titre? Non parce que... bon oki je suis lourd. C'est que je n'arrive pas à expliquer pourquoi que je me répète. Woooh, mais No good for me arrive, encore une superbe chanson, plus nerveuse dans son refrain, celui ci est particulièrement efficace, rendant le titre mémorable, en tout cas j'estime, j'adore cette chanson en fait, par sa construction lente et son refrain qui monte un peu plus que ce que l'on a pu entendre jusque là, j'aime quoi. En fin de chronique je vous mettrai une vidéo live de ce titre. Little wing vient conclure cet album, avec une intro lente, la chanson est tout de même très jolie, mais c'est assez mou, et au final le titre n'attire pas plus que cela mon attention.

Que dire, pendant presque 4 ans ce fût mon album préféré de tous les temps, c'est con à dire et en même temps je ne possédais pas des masses d'album complet (la mode c'était les CD 2 titres à l'époque), mais cette pop matinée de musique irlandaise était plaisante et fonctionne encore toujours aujourd'hui, grâce à l'utilisation d'instruments acoustiques, de très peu de synthé, et d'une voix magnifique. Ce qui nous offre d'excellentes chansons agréables à écouter. Après il faut ne pas avoir peur d'écouter de la pop c'est sûr, mais personnellement j'aime bien, je trouve que même 20 ans après, je conserve une certaine émotion à l'écoute de ce disque. Bon, le côté nostalgique fonctionne aussi, j'ai des images de la trilogie du samedi sur M6 avec Buffy qui me reviennent notamment, mais même sans ça je pense que c'est une très belle découverte. Essayez de l'écouter avant In Blue, l'album suivant, beaucoup plus électro et assez dégueulasse niveau son, enfin je trouve. Voilà, un album que j'apprécie et que je vous invite à découvrir.

@+

Vidéo de dotsexyrol.

Publié dans Musique-Spectacle

Commenter cet article