À fond

Publié le par Twinsunnien

Image de www.allocine.fr.

Image de www.allocine.fr.

Par le réalisateur de Baby Sitting 1 & 2. Ouais. D'accord. J'ai beau posséder le premier en DVD, je ne l'ai toujours pas vu, et j'ai un peu peur. En fait j'ai tout le temps une appréhension quand il s'agit d'une comédie française, surtout quand elle a plu. Je ne vais pas relater les cas précédents, Bienvenue chez les Ch'tis suffisant (quoique je pourrai citer certains Astérix live). Je n'ai jamais eu envie de voir ce À fond au cinéma, mais quand j'ai reçu un code "film à 1 centime" sur wuaki (oui, c'est le retour du film à 1 centime), j'ai tout de suite pensé que cette petite comédie ferait l'affaire. Je me répète souvent, mais si wuaki est une bonne plateforme de VOD, son problème est que la VO n'est pas systématiquement sous titrée en français, résultat je regarde des films français à la place, ou en VF, mais en sale merde que je suis, je préfère regarder un film en VOSTFr quand même. La bande annonce qui suit fait peur, très peur, on sent que les meilleurs moments sont là, et que ça va surjouer comme pour obtenir un César, élite française qui ne récompense jamais les comédies alors qu'il est plus difficile de faire rire que de faire pleurer. Il faut dire que vu la qualité des comédies grand public, on va quand même pas les récompenser (je re-vise le film de Danyboon qui avait chouiné parce que il n'avait pas reçu de César alors que son film faisait péter les compteurs, primo il faut savoir ce qu'il y a de plus important, l'adhésion du public ou celle de ses pairs, puis deuxio segundo, exploser le nombre d'entrée n'est pas synonyme de qualité, la preuve). Paye ta parenthèse. En plus vous allez croire que je déteste Danyboon et son film, non, c'est juste que je le trouve surcoté et que ça, ça me gonfle. Revenons au film de Nicolas Benamou, ah, mais bande annonce avant.

Vidéo de FilmsActu.

J'ai entamé la vision de ce film, euh, j'ignore si c'est français d'entamer une vision, donc j'ai regardé ce film en me disant, ça va être pourri. Du coup je suis parti de loin, très loin. Et après une courte introduction dans l'appartement parisien d'un médecin qui s'est orienté vers la chirurgie esthétique plus que celle soignante, la petite famille Cox, à savoir Tom, Julia (sa femme enceinte), Lison (l'ainée), Noé (le benjamin donc) et Ben (le papa de Tom) se retrouvent sur la route du sud, celle des vacances. On aura deviné que Ben est un boulet, s'imposant (à l'aide de son fils) dans le mini van familial flambant neuf, une Sa... Medusa, j'ai paumé le nom du constructeur (factice), mais il a une connotation asiatique, un peu comme SsangYong, les sud coréens apprécieront :-/, en plus le sigle et la mauvaise qualité du véhicule, laisse penser à un constructeur chinois. Ce n'est jamais dit clairement dans le film, mais je l'ai ressenti ainsi.

On se souvient (ou non) du problème de régulateur de vitesse coincé sur certains véhicules Renault, putain j'ai une Renault en plus, heureusement que je prends rarement l'autoroute, mais je crois que le vrai problème était cette histoire que les gens ne savaient pas comment s'en servir en fait, et on sent que les scénaristes se sont inspirés de ce fait divers pour ce film. Car alors que la voiture est à la pointe de la technologie, elle parle, dit bonjour avec le nom de son propriétaire, est blindée de gadget, et après une pause déjeuner (pour les humains et l'automobile), les voilà enfin sur la route, avec le régulateur enclenché à 130 km/h, classique. Alors oui, dans la bande annonce il est dit 160, c'est normal, le fil des événements va assez tôt emmener la famille Cox à cette vitesse, sur un passage très drôle "si tu pompes l'accélérateur ça devrait marcher". Oui, j'ai trouvé ça drôle. Et pas que ça. En fait, le film n'est presque jamais lourd. Pourquoi presque? Parce que le personnage du Manouche est quand même bien gratiné, limite insultant. Mais j'y reviendrai.

Le cast, du classique avec José Garcia, André Dussolier (qui est en roues libres ici), Caroline Vigneaux, Florence Foresti (j'y reviendrai aussi) et surtout Vincent Desagnat en motard de la gendarmerie qui invente des mots. Dans l'ensemble ça va, pas de gros surjeu, je dirai même que José Garcia est bon quand le régulateur ne veut plus se désactiver, réaction normale quoi. André Dussolier dans le rôle du père lourd ne faisant que des conneries, dont prendre une jeune femme un peu enfant dans son état d'esprit (pas arriérée mais pas loin), dans le mini van, à l'insu de la famille. Là aussi, la façon dont ça intervient est un peu bidon, mais en même temps ceci est une comédie, il ne faut pas chercher à trop se creuser les méninges. Je réfléchis, oui ça m'arrive, mais plus j'y pense, plus je me dis que ce personnage de Melody Poupart ne sert à rien, oui, il apporte quelques ressorts comiques par son côté candide, mais oui, il ne sert pas à grand chose.

Mais l'histoire, bah, sans trop poser ses personnages, le réalisateur ne rentre pas immédiatement dans le vif du sujet, il y a la préparation au voyage, avec dès le début un gag merdique m'ayant effrayé sur la possible qualité du film, le coup de "je me casse la gueule du lit", ça fait rire les marmots, mais je ne pige pas l'intérêt, il faut passer outre en fait. Tout comme le coup de la fuite d'eau, ou du harpon anti intrusion, José Garcia se prenant pour un flic alors qu'il entend du bruit dans la cuisine. Oui, le début n'est pas top, mais pas mauvais non plus, le principal intérêt du film intervient une fois le régulateur bloqué.

Car là, si on pense au fait divers que j'ai cité plus haut, c'est surtout le film Speed, avec Sandra Bullock et Keanu Reeves pré-Matrix auquel on pense (surtout avec la toute dernière scène de l'ascenseur, Speed débutant avec un ascenseur avant de se finir avec un bus fou, ici, vous verrez). Et là où c'est prenant, c'est que Benamou nous offre une réalisation propre et surtout, digne d'un film d'action, c'est ultra dynamique, les effets en "vrais", comprenez par là que les cascades ne sont en aucun cas assistées par un ordinateur, les effets sont à couper le souffle, oui, là est la vraie grosse claque. C'est un peu Taxi sans les scènes à chier de comédie. Car ici, si l'histoire est simple, l'humour est correcte, on rigolera par moment, pas tout le temps, mais ce n'est pas tout pourri comme dans un Taxi (les films). Jérôme Commandeur en vendeur qui prend son client pour un con avant d'être dépité est excellent. Il y a même un côté film d'horreur avec une cliente du chirurgien qui gonfle, j'ai pensé aux Contes de la Crypte pour le coup, si ce n'est pas drôle, c'est très plaisant.

Pour éviter un bouchon la voiture folle s'engage sur une aire d'autoroute, où elle arrachera la portière d'une vieille BMW série 5, celle du Manouche. Ce personnage est stupide, violent, énervé, cliché quoi. Personnellement je le regrette, mais je suis obligé ou contraint de reconnaître qu'il permet de dynamiser encore plus un film déjà pêchu. J'ai regretté le côté cliché du personnage, qui ne lâche rien, mais aussi le fait que l'on s'en batte les nouilles, genre une voiture jaune est lancée sur une autoroute fermée et personne ne semble s'en offusquer. Oui, la gendarme l'arrêtera, mais quand elle reverra la même voiture, elle ne se posera pas de question. Comme le fait qu'elle lâche la poursuite avec cet individu conduisant dangereusement pour assister son amant (Vincent Desagnat, motard aussi) sécurisant le trajet du van fou. Une fois de plus c'est une comédie, et ça ne me dérange pas de voir d'aussi grosses ficelles, car pendant ce temps, la réalisation reste ultra dynamique et impressionnante.

On ressentira même de la peur quand Ben devra essuyer le pare brise en étant en équilibre sur le toit ouvrant. Il y aura même un hélicoptère en toute fin, avec un gendarme gaulois (jolie moustache) à l'humour faisant mouche "bonjour, c'est vous la voiture folle", ça paraît stupide hors contexte, mais devant la tension du bouchon (et donc d'une mort certaine) à venir, ce décalage fonctionne à la perfection je trouve. Parlons décalage, avec Florence Foresti jouant le capitaine de Gendarmerie, fan de tennis de table (tout en étant nulle), elle joue un peu comme dans Dikkenek, comme elle à l'habitude. Et là aussi c'est drôle, mais paradoxalement elle devient lourde à dire "le con" a tout bout de champs. Tout comme la jeune femme emmenée par Ben dans le van, ce personnage n'apporte rien au film, un brin d'humour certes, mais sans ce perso, le film marcherait tout aussi bien. Disons que ça permet de souffler un peu.

Car comme je l'ai dit plus haut, les cascades sont, putain, waouh, en prise de vue réelle donc, on le ressent, et ça offre des sensations dingues. Oui, au début, en conduite normale, on constate que Tom conduit comme une merde, doublant par la droite, et on constatera aussi plein de défaut dans différents plans, un coup la voiture derrière se retrouve devant le plan suivant, la ceinture n'est pas positionnée de la même façon (le pire est que pour la ceinture, ça se voit trop car ça n'arrête pas d'enchaîner les plans ceintures en bas, ceinture à l'épaule), et si ça peut gêner, oui pour que je me pose la question de ce que pouvait branler le ou la script c'est que ça se voit un peu trop et donc ça me gêne, l'action reprend le dessus. Autre point gênant le positionnement, entre Paris et le sud, un coup il y a Dijon, après il sont avant Auxerre, et en 5 - 6 heures ils ont à peine atteint la Bourgogne? En étant bloqué à 130 puis 160km/h? Oui, là aussi ça m'a gêné. Mais je parlais des scènes d'action. Le slalom entre véhicule, passage à droite, à gauche, les motards, putain les cascadeurs sont impressionnants, ils rendent le film spectaculaire alors qu'il ne s'agit que d'une comédie. La dernière scène sur l'autoroute est du grand n'importe quoi, pourtant elle décroche les mâchoires les plus serrées.

Et encore, j'ai oublié pas mal de choses, le grand secret, les enfants jouant très bien, le gendarme hilarant joué par Desagnat, pfffiou, mais j'ai peur de trop en dire, car oui, si je n'attendais rien de ce film, j'ai reçu beaucoup en échange. Après un début classique, sans être lourd, on trouve vite, très vite, une comédie d'action aux scènes autoroutières spectaculaires. Si l'humour ne vous fera jamais hurler de rire, et même si à des moments il n'est pas drôle, dans l'ensemble ça fonctionne, rien que pour le gendarme moustachu hélitreuillé à la fin, ça vaut le coup. J'ai passé 90 excellentes minutes, j'ai tellement aimé que je compte le prendre en DVD quand il sera disponible dans les 5€. Je vous le conseille en VOD, car si À fond possède quelques défauts, il n'en demeure pas moins une excellente comédie d'action à la française, oui, Speed français (du pauvre donc), mais efficace, j'ai adoré. Par contre à ne pas louer plus de 3€ ou à ne pas acheter plus de 5-7€ en DVD. Je vous le conseille, bon divertissement.

@+

Publié dans Cinéma

Commenter cet article