Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ASHOU

Cultivons la curiosité

Batman : White Knight

Batman : White Knight

Au début de l'été 2020, Urban Comics, éditeur français des œuvres de DC Comics, décida de lancer une vaste opération promotionnelle d'une petite partie de son catalogue. On ne sait jamais vraiment comment débuter dans le monde des comics, et l'éditeur a décidé, à travers cette promotion, de faciliter l'accès à ce monde de la bande dessinée étasunienne. 10 œuvres assez récentes (des années 2010) furent ainsi sélectionnées. Offertes à un prix plus que canon (seulement 4,90€ T.T.C. le tome complet), ça offre la collection à 49,00€, permettant d'avoir un bel aperçu de DC Comics.

J'ai forcément craqué pour cette offre alléchante, et nous en verrons ainsi tous les tomes. Comme Urban Comics a décidé de poser une chronologie à travers le numéro de tranche, nous débutons donc par ce "Batman : White Knight" dont la parution originale est très récente, vu qu'elle date de 2017.

Précisons que pour offrir ce prix canon (2 à 3 fois moins cher qu'un tome normal chez l'éditeur), la couverture est souple et est entourée de blanc. Ce sera ainsi pour les 9 autres tomes de cette collection promotionnelle. La taille ne change pas, juste que la prise en main est plus délicate, mais ne gêne pas du tout. Le tome est en premier lieu sorti en France le 26 Octobre 2018, propose les 240 pages des 8 chapitres de l'histoire. Le tout, pour un prix de 22,50€ quand même. Preuve que l'offre était très intéressante.

Petit regret dans cette édition, les noms de l'auteur/dessinateur Sean Murphy et du coloriste Watt Hollingworth disparaissent de la couverture. Nous perdons aussi des pages, vu que cette édition n'en possède que 208, certainement l'absence de bonus et d'illustrations explique ceci. Le papier est plus rêche, ce ne sont pas des feuilles glacées, mais ceci ne dérange guère dans la lecture.

On débute alors que Batman est enchaîné à l'asile d'Arkham, il voit un visiteur étonnant venir, Jack Napier, l'ancien Joker semble rangé et propre sur lui. La première scène étonne, on ne comprend pas grand chose, mais on part rapidement 1 an avant, afin d'expliquer comment nous en sommes arrivé.e.s là. Alors que Batman poursuit une énième fois son pire ennemi, le Joker, il se trouve qu'il le massacre devant les médias. De quoi choquer un peu plus la population.

Le Joker prendra un traitement dont on ignore l'évolution. Ainsi, il pourrait se séparer de cet aspect mauvais, et pourra peut-être mener une vie normale en prenant ces pilules. Et le pire étant que ça fonctionne. Dès lors, le Joker devient Jack Napier, propre sur lui, qui va mener une lutte plus politique contre Batman. Il estime, en temps que pire ennemi de Batman, être la personne qui le connaît le mieux, et que le Chevalier Noir est aussi fautif de l'état de Gotham que le Joker.

Jack Napier va monter les échelons, et même arriver à se faire aimer de la population, tandis que Batman voit des événements le rendre de plus en plus détesté. Pire, il perdra la confiance de ses proches, et Bruce Wayne se retrouve seul à démonter le plan du Joker, car, forcément, Jack Napier/Le Joker est un menteur et il montrera son vrai visage tôt ou tard.

Le pire étant atteint, quand, dans ce chaos ambiant, une Néo-Joker fait son apparition avec beaucoup de super méchant, afin d'enfoncer encore plus Gotham dans l'horreur. Quitte à se servir du canon de Victor Fries (alias Mr. Freeze) pour geler une grande partie de la ville. Enfin bon, je m'arrête là, car sinon je vais tout vous révéler.

Alors comment dire, déjà, au niveau du dessin, c'est assez étonnant, pas spécialement joli, mais ça reste efficace je trouve. On a droit au côté sombre bien connu de Gotham, et des couleurs plus chaleureuses aussi.

Le scénario est complétement incompréhensible lors des premiers chapitres. Pire, malgré quelques scènes d'action, il ennuie. Et se paye même le luxe de reprendre des pages entières entre certains chapitres. C'est assez déroutant.

J'avoue avoir souffert au début. Je ne comprenais pas tout, plus le fait d'avoir le sentiment de ne pas tout connaître (notamment l'événement choquant entre le Joker et Robin), l'histoire commence à décoller (et à s'éclaircir) une fois la première moitié passée. Là, et même si nous avions quelques bribes auparavant dans le tome, on nous montre des choses bien connues et elles sont utiles. Je pense surtout aux Batmobiles, intelligemment employées dans les derniers chapitres. Il faut dire que ces dernières sont blindées d'action, et on comprend mieux la dualité Napier/Joker et d'où sort cette Néo-Joker. Jusqu'à ce que l'on nous explique tout à la fin, et là, là, oui, on comprend.

C'est la grande force du récit en vérité. Arriver à nous perdre au début pour mieux que l'on comprenne tout à la fin. C'est dangereux, car quand on ne connaît pas l'univers du Chevalier Noir (hors des films), on se retrouve vraiment méchamment perdu.e.s. Et j'ai manqué de peu de lâcher l'histoire, alors qu'il ne fallait surtout pas prendre du temps pour lire le tome. Il faut le débuter, serrer les dents quand on relit les mêmes dialogues avec les mêmes cases, pour obtenir la récompense dans les derniers chapitres.

On assimile ainsi mieux le trait de Sean Murphy, avec une découpe des cases très bonnes, et une jolie partie action qui n'est pas mal du tout. Le scénario est un poil prévisible, mais permet de s'attacher à Jack Napier en vérité. D'ailleurs, je crois que l'histoire est centrée sur ce personnage et que Batman apparaît ici en personnage secondaire, limite comme le méchant de l'histoire.

Au final, mon expérience fut difficile au début, pour finalement s'achever sur une sorte de feu d'artifice réjouissant. Ce n'est, je pense, pas la meilleure histoire ayant lieux dans Gotham, mais elle est récente, centre l'histoire de façon surprenante sur le Joker, et permet de voir que la série Batman a su évoluer avec le temps, preuve en est les différentes versions des Batmobiles, qui prouve que l'on ne renie pas le passé. Du coup, ça intrigue et permet d'aborder la suite de la collection sans appréhension. Avec une sorte de volonté d'en savoir plus, même si les histoires contées sont antérieures à celle que nous voyons aujourd'hui. Un bon tome, pas excellent, mais que j'ai bien aimé au final.

@+

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article