Dragon Ball Perfect édition tomes 07 & 08

Publié le par Twinsunnien

Les tomes 7 et 8.

Les tomes 7 et 8.

Wop là, cette fois ci Goku est plus fort que jamais (ce qui ne veut rien dire j'avoue), en effet, il a passé brillamment l'épreuve de la tour Karin, ce qui va lui permettre d'étaler le mercenaire Tao Pai Pai en peu de temps. Ce qui est un peu décevant en fait je trouve, genre le petit Goku passe quelques jours avec maître Karin, assez pour devenir hyper balèze et atomiser un meurtrier ultra fort en peu de chapitres, mais bon, il faut bien que l'aventure continue, puis ça nous offre un joli combat malgré tout, avec le trait assuré de Toriyama (et certainement de ses assistants), l'impression de vitesse est bien retranscrite et en fait on rentre dans le jeu sans problème.

Après ceci, Goku recherche toujours les Dragon Ball dans le but de ramener à la vie le papa de Upa, le petit amérindien, enfin qui a le look d'un amérindien, vu que le monde de Dragon Ball reste un monde fictif hein? Bon, du coup c'est l'armée du Red Ribon qui va en pâtir, Goku étant très remonté contre eux. D'ailleurs ses amis se feront du soucis, grâce à un gadget de Bulma, ils sauront que Goku compte attaquer l'armée seul, et ils décident d'aller l'aider, ne sachant pas que le petit garçon est devenu très très fort. On a donc droit à de l'action, et des trucs assez dingue, comme Goku défonçant la tronche de toute l'armée, prenant des balles qui ricocheront sur lui. Le bras droit de Ribon va prendre le pouvoir en éliminant son chef (qui ne désirait les Dragon Ball que pour un vœux débile), ah, il y a aussi ce passage où Goku défonce le plafond car il ne trouve pas ses escaliers, alors qu'il aurait pu prendre l'ascenseur, preuve qu'un brin d'humour ne fait jamais de mal. C'est que Toriyama est très fort pour nous happer dans une histoire simple, nous montrer des choses improbables (un môme qui défonce tout une armée!), et tout ceci en nous gardant attentif et en nous faisant rire par moment. Bon, on verra plus tard que l'humour scato est toujours d'actualité, et qu'un brin d'érotisme restera présent, mais ça me semble moins appuyé qu'au tout début.

Ah oui, ce même type qui rentrera dans une sorte de robot façon Aliens, le retour, avec missile et tout, et au final Goku gagne, il va même rencontrer ses amis qui commençaient à réfléchir à un plan pour attaquer l'armée. Comment ils sont surpris de savoir que Goku vient d'étaler tout ce petit monde, Puerh allant voir et confirmer ce que dit le jeune garçon. Du coup notre héros possède désormais 6 des 7 boules du dragon, euh Dragon Ball, ça fait moins con à dire en anglais quand même. La dernière ne peut être localisée par les gadgets de Bulma, on en ignore la raison, et donc Muten Roshi (Tortue Géniale dans le dessin animé français) dit à Goku d'aller voir Baba la voyante, dont nous apprendrons un lien de parenté avec le maître de Goku et Krilin. Forcément toute la fine équipe part et Baba accepte de dire le lieu contre une somme astronomique, ou alors il faut vaincre ses 5 combattants. Résultat on se retrouve devant du 1 contre 1, et Krilin n'a (forcément) pas de bol vu qu'il se fait battre par un ersatz de Dracula, en manquant d'y passer d'ailleurs. Finalement cet adversaire sera vaincu par Upa et Puerh en employant une stratégie bidon qui pourtant sera du 2 contre 1, mais bon, c'est rigolo et puis ça passe bien.

Bon, Upa et Puerh n'étant pas très fort, c'est Yamcha qui se coltine l'adversaire suivant, et ce sera l'homme invisible, on verra Yamcha morfler, avant que Krilin ait une bonne idée qui nous montrerons les seins de Bulma, enfin bon, comment intégrer un brin d'érotisme sans être vulgaire, mieux, en étant drôle. Amis pervers ne criez pas victoire trop vite, ce sera le seul passage coquin des 2 tomes.

Ensuite direction les chiottes des démons, avec un acide en guise de cuvette si j'ose dire. Yamcha se fera battre par la momie, qui se fera défoncer par Goku, ce dernier en profitera même pour vaincre Akuma le démon balèze qui possède un rayon pouvant tuer n'importe qui possède un minimum de vice, Goku étant tellement naïf, ce rayon est inefficace sur lui, et c'est ce combat qui termine le tome 7 et débute le tome 8.

Là le dernier adversaire est inattendu, je ne spoilerai pas, mais sachez que déjà Toriyama place une idée qui marquera la suite du manga, le coup de l'auréole quoi, enfin bon vous verrez bien. Donc Baba dit à Goku où est la dernière Dragon Ball, qui, de comme par hasard, va dans leur direction, ce n'est autre que la bande de Pilaf, toujours aussi naze, qui possède cette DB, ils l'avaient caché dans un coffre spécial. Seulement ils ignorent que Goku est encore plus fort et forcément se font défoncer par le garçon, et ce malgré les robots s'assemblant façon Sentaï. Une fois de plus l'humour fait passer facilement le côté improbable du combat, et donc nous allons revoir Shenron, le dragon qui exauce le vœu de celui qui réuni les Dragon Ball. Toujours aussi impressionnant ce dragon. Upa retrouve donc son papa, et Goku arrive à récupérer la DB de son papy avant qu'elle ne parte on ne sait trop où (les DB redeviennent de simples pierres pendant un an, après s'être éparpillées à travers la monde à la fin du vœu), ceci marque donc la fin de cet arc, et nos amis se donnent rendez vous dans 3 ans, date du prochain Tenkaichi Budokai, qui de comme par hasard n'est plus espacé que de trois ans et non plus cinq, car le nombres de participants est plus important, mais bon, c'est une astuce scénaristique surtout, pour ne pas trop faire vieillir Goku trop vite.

Résultat on zappe 3 ans en 2 pages. Muten Roshi a conseillé à Goku de parcourir le monde, à pieds, sans son Kinto-Un (Nuage magique pour ceux qui connaissent le dessin animé en VF), en effet le maître pervers n'a rien à apprendre à Goku, alors que Krilin et Yamcha par contre vont continuer de s'entraîner avec Muten Roshi. C'est lors de l'inscription du 22è tournoi que nos amis vont tous se retrouver. Les éliminatoires sont une formalité et permettent de situer un peu le niveau des élèves de Muten Roshi (la tortue) face aux élèves de Tsuru Sennin (la grue), ah, au passage on a droit à une blague scato sur le fait que Muten Roshi veut aller faire caca au moment de l'atterrissage de l'avion, enfin bon passons, surtout que ça continuera un peu plus tard, sachant que le maître refuse de dévoiler le fait qu'il participe au tournoi sous le nom de Jackie Chun (j'espère que vous avez saisi à qui Toriyama fait allusion), résultat il s'absente souvent ce qui lui vaudra des moqueries genre "vous avez la chiasse ou bien?", enfin bon je résume.

Le tome 8 se termine par les 2 premiers quarts de final de ce tournoi, Yamcha finissant mal en point après avoir affronter 3 yeux, euh Ten Shin Han pardon, pourtant les 2 élèves des maîtres se valent, mieux, Yamcha sait se servir du Kamehameha, que son adversaire renvoie sans difficulté. Mais bon, ceci n'empêche pas le disciple de Muten Roshi de perdre, et nous allons voir le match un peu con entre Jackie Chun, le tenant du titre, et un Homme Garou, un Homme Garou n'a aucun lien avec le chanteur québecois, hein, c'est comme un loup garou, sauf que c'est un loup en temps normaux, qui se transforme en homme lors des pleines lunes, ce qui est marrant j'avoue, surtout quand on sait que Muten Roshi, euh, Jackie Chun pardon, avait explosé la lune pour éviter une défaite face à un Goku se transformant en immense singe. D'ailleurs l'homme garou rêve de se venger du vainqueur du dernier tournoi car il ne peut plus draguer les femmes, ne se transformant plus en homme. Bon, finalement Chun gagnera en hypnotisant son adversaire, enfin il gagnera avant, mais l'homme garou voudra à tout prix se venger, Muten Roshi va donc hypnotiser son adversaire et lui faire croire que le crâne de Krilin est en fait la lune, nous dévoilant l'apparence humaine pas très jolie de l'homme garou. Et le tome se termine là, nous laissant en attente du match suivant, Chaozu contre Krilin tête de lune.

Il s'en passe des choses dans ces 2 tomes, on revoit Shenron, on découvre la nouvelle puissance de Goku et on passe 3 ans en changeant de chapitre, le seul vrai problème est sur jusque là Goku avait la quête de la Dragon Ball de son papy comme but, là, en fin de tome 8 on se retrouve avec juste la volonté de gagner le 22è Tenkaichi Budokai, ce qui est un peu faible, de plus l'absence d'adversaires ultra puissants est un peu décevant, oki, il y a bien les disciples de Tsuru Sennin, mais bon, on attend impatiemment qu'arrive les Vegeta et autres aliens quoi, ce qui ne serait tarder je pense. Là je suppose que l'on va constater que Goku, le disciple, a dépassé Muten Roshi son maître, marquant ainsi un passage supplémentaire dans le gain de puissance du jeune garçon. Donc on ne s'ennuie pas du tout, et l'humour a beau être simple, il fonctionne, sur moi du moins. Le dessin est impeccable et les rares passages en couleurs sont sublimes, cette Perfect Edition coute un peu chère, mais elle les vaut, surtout si, comme moi, vous n'avez pas fait la première édition du manga ou que vous n'avez que de vagues souvenirs du dessin animé. C'est une œuvre à lire, même si en fin de tome 8 ça manque un peu de drame ou de but à atteindre je trouve, mais ceci n'est que mon avis et ne m'empêche pas d'adorer. À lire et à posséder dans sa bibliothèque.

@+

Les 2 tomes séparés.Les 2 tomes séparés.

Les 2 tomes séparés.

Publié dans Livre - BD - Manga

Commenter cet article