Stranglehold

Publié le par Twinsunnien

Stranglehold

Ce jeu fait suite au film "À toute épreuve", film de John Woo, qui d'ailleurs est aux manettes de cette suite (et un jeu de mot, un). Paru sur X360 et PS3, il est édité par Midway et développé par Tiger Hill Games.

S'inspirant violemment de Max Payne (qui s'inspirait violemment du cinéma de John Woo, la boucle est bouclée), on se retrouve à contrôler l'inspecteur Tequila dans sa quête de vengeance (oui, comme l'Orangina rouge!). Je passe vite sur le scénar', je ne m'en rappelle plus, une histoire d'enlèvement, de la famille de Tequila, enfin bon, une bonne excuse pour aller buter des méchants!

Petite vidéo d'intro.

Intro.

Pwouah, on peut faire du gunfight de ouf dans ce jeu, glisser sur les tables, faire des actions spectaculaires. Oui, c'est le but du jeu, éliminer ses adversaires de façon stylée. Généralement, on a une petite intro, on se retrouve dans une "arène" avec pleins de mecs à buter (oui, pas de filles si je me souviens bien). Déjà c'est plutôt beau, à l'époque ça déchirait la rétine, mais aujourd'hui ça reste beau. Ensuite c'est jouable, nerveux et simple, malgré les manettes (Max Payne était parfait sur le combo PC+Souris, sur console c'était autre chose), on arrive à être précis et l'on fait ce que l'on veut. Viser un panneau pour qu'il s'écrase sur l'abrutis qui vous cherche des noises? No problemo. Quand on enclenche le bullet time, l'écran prend une teinte rouge et l'action ralentie, permettant d'être encore plus précis et de faire péter la jauge combo. On plonge devant, derrière sur le côté, sur un chariot, pfiou, on fait péter les pastèques (John Woo adore faire péter des trucs), on retrouve la patte du maître du cinéma d'action de Hong-Kong, l'envol des piafs, les poses improbablement stylées, le héro vénère, tout y est.

La rambarde, la rambarde!

La rambarde, la rambarde!

Pourquoi, pourquoi acheter ce jeu. Primo. Dispo pas cher. Segundo, un excellent jeu d'action, bien fun et jouable, c'est toujours sympa, c'est plus nerveux que du Gears of war et le style John Woo est super sympa. Oui il y a des défauts, mais à part la répétitivité genre on arrive dans une zone, on bute tout le monde, pour aller dans une autres zone pour aller buter tout le monde, pas de défauts majeurs. Certes cet aspect peut être lassant, mais c'est coupé par des phases changeant du train train quotidien. On a des phases en 1 contre 3 où l'on ne dirige plus que le viseur et il faut buter ces adversaires au ralenti l'un après l'autres, frais. Il y a aussi ce niveau de pur shoot, à bord d'un hélico. Bref, le scénar' ne vole pas haut, c'est plutôt manichéen même si Tequila n'est pas tout rose, il reste le gentil, et ça peut lasser, mais quelle expérience de jeu, au bout d'un moment on se surprend à faire des enchaînements de malade très facilement.

On résume? Bah vu son petit prix, son intensité, son gameplay fun, ce jeu est un excellent divertissement, à posséder absolument.

Je précise qu'il fait parti de ces jeux que j'ai fini, et en mode normal siouplé. C'est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup, ça veut dire que je ne suis pas une grosse truffe finalement. Généralement quand je finis un jeu, c'est gage de qualité, donc foncez.

@+

Petit Jésus/Bouddha, fait que je bute tous les méchants steuplé. Mici.

Petit Jésus/Bouddha, fait que je bute tous les méchants steuplé. Mici.

Dès l'écran titre ça pue la classe.

Dès l'écran titre ça pue la classe.

On appelle ça un caméo John.

On appelle ça un caméo John.

Un plongeon digne d'un joueur de football.

Un plongeon digne d'un joueur de football.

"Moi quand je suis fatigué, je prends un chariot, et je bute les méchants sans me crever." -Tequila

"Moi quand je suis fatigué, je prends un chariot, et je bute les méchants sans me crever." -Tequila

Ça doit faire mal quand même.

Ça doit faire mal quand même.

Et ça fait boum!

Et ça fait boum!

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article