Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cultivons la curiosité

Pole Position

Pole Position

Un générique qui rentre en tête, une famille qui enquête avec des voitures ayant la capacité de parler. Une organisation secrète du nom de "Pole Position". Un camion qui transporte les deux autos. Des cascadeurs. Des musiques de folies à base de synthétiseur. Un singe bizarre. Une petite fille. Enfin bon, comment résumer "Pole Position" et surtout comment introduire correctement cette série animée éphémère qui offrit 13 épisodes de 24 minutes environ ? Tout ceci entre 1984 (pour les États-Unis d'Amérique) et 1985 (pour la France). Ce dessin animé est initié par Jean Chalopin, le Français qui œuvra sur une quantité astronomique de dessin animés dans les années 70-80. Pensez-y, "Les mystérieuses Cités d'or", "Ulysse 31", "Inspecteur Gadget", "Jayce et les Conquérants de la Lumière"... et j'en passe.

Toute ma jeunesse en quelque sorte. D'ailleurs, j'aurais dû commencer par "La nostalgie me fait revoir des œuvres qui sentent mauvais", mais je n'ai pas osé. Vous vous souvenez de Jayce, mais aussi de "Super Mario Bros.", que des œuvres qui avaient marqué la petite tête blonde que j'étais. Ce n'est pas une expression, j'étais hyper blond petit. Mais ceci est loin. Et vouloir se replonger dans des séries animées qui ont marqué votre jeunesse vous mènera plus souvent vers une déception tant les enfants enjolivent tout. Et la mémoire efface ce qui est déplaisant.

J'ai une histoire particulière avec "Pole Position". Adolescent, j'avais en tête une série animée avec des voitures, une bleue et une rouge, faisant des cascades. Une série qui me rappelait "K2000". Mais impossible de me souvenir du titre. Je sais que j'avais été marqué par cette œuvre, alors quand IDP édita l'intégrale en DVD, je voulais l'obtenir. Sauf que j'avais un doute. Était-ce bien ? Valait-il mieux ne pas garder ma nostalgie intacte afin d'en garder un bon souvenir ? J'ai mis longtemps à craquer. Mais me voilà désormais en train d'installer le premier des 3 DVD en appuyant sur la touche "Lecture".

Vidéo de Génériques de dessins animés

Le générique. Nick Carr interprète une chanson entêtante. Oui, c'est nul. Mais purée, un relent de nostalgie m'envahit, et après la vision complète de la série, quand il m'a fallu chercher des points positifs, je n'ai trouvé que la bande son et le générique. C'est dire le niveau de l'œuvre. La chanson en elle-même possède des paroles. C'est bien. Des mots, qui disent des choses. Je ne préfère pas en parler en vérité. Et donc dans le générique, vous constatez que Luc, Lise et Isa, sont frère et sœurs. Orphelin et orphelines, on constate que leur oncle Zacharie les a pris sous son aile afin d'intégrer l'organisation secrète Pole Position.

On pense à l'organisation gérée par Devon Miles dans "K2000". Zacharie donne des missions à son équipe, qui résout les enquêtes à l'aide de voitures spécifiques. Sous couvert d'une association de cascadeurs, notre fine équipe est assistée par Zoom, une IA intégrée dans une fausse Ford Mustang rouge, et qui est pilotée par Lise, tandis que Luc dirige Turbo, une voiture fantasque bleue. Ces engins ont des capacités spécifiques. Rouler à une "super vitesse" ou se transformer en hydroglisseur, pratique pour aller sur l'eau. Il y a aussi une fonction aéroglisseur, pour franchir certains obstacles. Un grappin, et Turbo possède même une fonction bulldozer... je préfère ne pas faire de commentaire.

L'animation est...comment ne pas être trop violent ? Pas top. C'est rugueux, les angles de vues sont mal choisis, les perspectives jamais respectées, l'anatomie non plus. Les échelles.... enfin passons. L'animation n'est pas le point fort. Les musiques sont... mais... euh, peu nombreuses. Voilà. Ensuite, les personnages par contre sont attachants. Même Isa, la petite sœur qui ne manquera jamais de se faire enlever un épisode sur deux, elle est marrante. Elle possède d'ailleurs Barbara Tissier en comédienne de doublage, soit Cameron Diaz. La classe.

D'ailleurs, les comédiens et comédiennes de doublage se démerdent bien. Par contre l'adaptation est catastrophique. Mais passons. On retrouve avec joie la voix de Patrick Poivey sur des personnages secondaires. Donc, les personnages sont finalement intéressants. Lise n'est pas la femme en détresse du lot (c'est Isa qui se charge de ça), et Luc n'est pas très futé. Lise conduit le camion, et répare même Zoom par moment. C'est appréciable de voir un personnage féminin être l'équivalent du masculin. C'est bien là un des rares points forts de ce dessin animé.

L'histoire. Bah, c'est destiné aux enfants, donc ça ne vole pas haut. Dans les années 80 il fallait faire simple pour les enfants, on les prenait pour des cons, et finalement, en y réfléchissant bien, ça m'allait. Mais aujourd'hui ça ne passe pas. Kuma, le faux singe, joue la fibre comique de la série. Et il est insupportable. Son thème musical fait saigner des oreilles. Et pourtant, vers la fin de la série, on apprend ses origines. Et elles sont intéressantes.

En fait, c'est à la fin de la série que le scénario devient bon. Quand l'équipe retourne dans sa ville de naissance. Quand elle va retrouver un ami de Zacharie sur une île menacée par un Tsunami, et lors de l'épisode final, quand le tonton disparaîtra et qu'on apprendra un truc... la révélation la plus pétée du monde. "Mais si on avait su ça, on se serait occupé de toi!" Oh purée.

On trouvera des inspirations lors de certains épisodes. ScoobyDoo pour le huitième, "K2000" pour l'antépénultième. Le coup de la petite ville de campagne dont le Shériff cherche à faire fuir l'équipe de Pole Position m'a rappelé les petites villes visitées par Michael Knight ou "L'Agence tous risques". C'est très années 80 pour le coup.

Après, il y a des choses bizarres. Cascadeurs de profession, Lise et Luc, ainsi que Isa et Kuma, portent un casque quand ils sont dans Zoom et Turbo. Ça donne des scènes franchement bizarres. Car même quand c'est sur la route, en conduite normale, ils le portent. Ensuite, les épisodes sont convenus, et on a peu de surprise. Le dernier épisode s'avère bon, malgré quelques soucis, mais passons.

Avec 37 ans au compteur, et un arrêt intervenu assez tôt, on se doute que "Pole Position" n'est pas un grand dessin animé. Ah, j'oubliais, il tient son nom du jeu vidéo de Namco, l'éditeur/développeur Japonais étant crédité dans le générique de fin. Mais donc, si on se doute que l'œuvre n'est pas top, elle m'a pourtant marqué. Assez pour que je veuille la revoir, plusieurs décennies après. La chute est certes indéniable, j'ai souffert en regardant cette série. Mais pourtant, elle s'améliore au fil des épisodes, et arrive à être féministe avant que ce ne soit d'actualité. Par contre non, ce n'est pas un dessin animé que je vous conseillerai.

Même si j'ai été plus souvent affligé lors de sa vision, les derniers épisodes se sont avérés plus passionnants que prévus. Ce n'est pas terrible, mais ça a existé, et c'est ancré au fond de moi, du plus profond de ma tendre jeunesse. J'ignore si c'est cela que l'on nomme nostalgie, en tout cas, la revoir m'a permis de me sortir cette image d'une série que je pensais ne jamais pouvoir revoir. À éviter donc, et je ne compte absolument pas la revoir.

@+

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article